Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/01/2014

PÉLÉRINAGE À BLARU

PÉLÉRINAGE À BLARU

L'association catholique pour le respect de la création animale NOTRE-DAME DE TOUTE PITIÈ www.nd-toute-pitie.fr  participera au pélérinage d'hiver organisé par les Bénédictines du Sacré Cœur de Montmarte  http://www.sacre-coeur-montmartre.com/francais/spirituali...     à BLARU le 25 janvier 2014. Cette journéé est ouverte aux adhérants et non adhérants. Se renseigner auprès de Marie-Thérèse BIENVENU, courriel ntbienvenu@yahoo.fr

---

[NDLR Le texte qui suit a été publié dans "Bêtes et Gens devant Dieu", No 175 (juin 2013), bulletin de l'association catholique pour le respect de la création animale  "Notre-Dame de Toute Pitié" www.nd-toute-pitie.fr . Il est mise en ligne ici avec l'aimable autorisation de M. Jean Gaillard, président de NDTP et directeur de la publication précitéé.]

 

 

NOËL AUTREMENT

 

Depuis quelques années le collectif « Noël autrement », (NDLR  patronné par le mouvement catholique PAX CHRISTI France dont le président est Mgr Marc Stenger, évêque de

Troyes  http://www.paxchristi.cef.fr/section.php?section=01_01_03 ) ,  qui regroupe des mouvements d’inspiration chrétienne, incite les chrétiens à ne pas se lancer dans des dépenses folles de cadeaux et de nourriture à l’occasion des fêtes de fin d’année ; mais à les célébrer de façon plus sobre en limitant les achats inutiles. Une bonne manière de retrouver le sens spirituel de Noël et d’éviter les gaspillages, qui se font souvent aux dépens des peuples des pays pauvres et qui entraînent de graves conséquences pour l’environnement. C’est une initiative que nous ne pouvons évidemment qu’encourager.

Mais la perspective des organisateurs reste malheureusement trop anthropocentrique. [NDLR Cette année, pour la campagne de Noël, le Collectif "Noël autrement", peut-être grâce à la lettre de M. André qui suit, a pris en compte la souffrance des animaux en appelant dans sa brochure "à la compassion pour les animaux abbatus à l'occasion de fêtes". Cela a deplu au mouvement Chrétiens en Milieu Rural (CMR), qui fait partie du collectif et qui juge cet appel "abusif et inapproprié" et compte se reférer à Mgr Senger,  lors de la prochaine rencontre du collectif, en janvier 2014, pour formuler ses objections. Par conséquent la lettre de M. André reste actuelle] C’est pourquoi l’année dernière, un de nos adhérents lorrains leur a adressé la lettre qui suit sous le titre : « La question qui fâche ». Malgré la distance, il venait parfois à nos manifestations parisiennes ; et vous lirez son texte avec émotion quand vous saurez qu’il a été victime d’un grave accident vasculaire cérébral quelques jours après l’avoir écrit. Il est maintenant tétraplégique depuis quelques mois. Parfaitement conscient, il ne peut plus parler. Comme me l’a dit la personne qui le visite régulièrement, « il est maintenant sans voix comme tous ses amis les animaux dont il ne cessait de défendre la cause ». Prions que son état s’améliore rapidement.

Je ne sais pas si les « Chrétiens unis pour la terre « (CUT) [NDLR CUT fait également partie du Colectif "Noël autrement"] ont lu son appel. Mais en tout cas ils lui dont donné une réponse pleinement satisfaisante, comme vous le verrez plus loin à propos du carême.

Jean Gaillard

 

I - La question qui « fâche» (lettre de B. ANDRE)

Votre huitième campagne « Noël autrement » va bientôt être lancée. Je me suis tenu informé au fil de toutes ces années de vos thématiques et de vos propositions concrètes. Il se peut que quelque chose m’ait échappé, on n’est jamais sûr d’appréhender totalement l’ensemble d’un dossier sur internet, et dans ce cas, j’espère que je serai pardonné.

La question : comment est-il possible que le problème de la gigantesque consommation française de produits carnés pendant les fêtes de la période de Noël ne soit jamais sérieusement abordée ?

Quand on sait ce que sont vraiment ces repas, en France notamment, oublier de parler de cette extravagante ripaille de foie gras, de dindes, de gibiers,  

d’animaux aquatiques, c’est vraiment incompréhensible ! Prenons une image, c’est un peu comme si vous nous aviez donné une quantité de conseils bien utiles pour travailler à l’isolation d’une maison, mais que nous laissions délibérément les fenêtres ouvertes au coeur de l’hiver.

Aucun responsable n’ignore plus que pour « produire » 100 grammes de protéine de viande (ou de lait, ou de poisson, etc.) un animal d ‘élevage doit absorber de l’ordre de 500 grammes de protéines végétales équivalentes (c’est une moyenne entre les diverses productions). L’élevage est donc, en soi, un énorme gaspillage de ressources alimentaires. Si tous les humains voulaient manger à peu près comme un Américain du Nord ou un Français, beaucoup moins de la moitié de l’humanité serait nourrie. Ainsi, limiter le contenu carné de nos assiettes de Noël est un geste de partage fraternel, solidaire et universel des ressources végétales disponibles.

Dans la campagne « 2010 » vous aviez insisté sur la thématique de l’eau, mais pas un mot, semble-t-il, hélas, sur la quantité d’eau astronomique utilisée dans l’élevage. Cent grammes de viande de boeuf par exemple, c’est plus de 1000 litres d’eau gaspillée par rapport à la production d’une quantité équivalente en protéines et en calories d’une céréale ou d’une légumineuse. Se priver seulement de 100 grammes de cette viande, c’est donc économiser environ 1000 litres d’eau, c’est-à-dire plus d’une heure d’un robinet grand ouvert ! Pour les autres viandes, le gaspillage est moindre mais reste considérable. On voit bien, ici encore, que les conseils sur les économies domestiques de l’eau sont assez peu convaincants si on ne s’attaque pas au coeur du problème : la viande et l’élevage en général.

Jamais un mot non plus sur tout ce que nous faisons subir aux autres créatures vivantes, sensibles et souffrantes, à savoir les animaux et en particulier les animaux d’élevage. Réduire les animaux à l’état de choses exploitables à volonté est une faute majeure. Nous les ignorons, nous les avons soustraits de la Création, c’est un « crime ontologique ». La Création, ce n’est pas seulement les beaux paysages qui nous émerveillent, les fleurs, « frère soleil » ou « soeur eau »! Qu’avons-nous fait de « soeur poule pondeuse de batterie » ou de « frère canard gavé à mort » ? Nous portons en nous en énorme déni, un énorme mensonge par omission, nous ne voulons pas voir ce que nous faisons. Notre regard sur la Création est grossièrement tronqué quand nous refusons de considérer les autres créatures sensibles et souffrantes. Le lien (biblique) particulier entre Dieu et les animaux est 

 presque systématiquement ignoré, cela mériterait un long développement qui sort du cadre de ce message.

Nous devons aussi prendre conscience que, contrairement à la propagande des lobbys, l’agriculture française est un modèle égoïste et destructeur. Par exemple, près de cinq millions de tonnes de soja – sous forme de tourteaux – largement « pillés » en Amérique du Sud, sont importés chaque année en France, uniquement pour compléter la ration alimentaire de nos animaux d’élevage. Un calcul ordinaire permettrait de se rendre compte que cela représente déjà la quantité de protéines qui couvrirait deux fois les besoins de la population française. C’est impressionnant. C’est vraiment incohérent de dénoncer les déforestations et les dégâts écologiques subis par « les pays du Sud » tout en y participant nous-mêmes très directement par notre nourriture carnée.

Il est important de bien considérer le phénomène de l’effet levier. Si on économise 100 litres d’eau, on économise … 100 litres d’eau, comme dirait Monsieur de la Palisse. De même si on économise 100 litres de pétrole, on économise … 100 litres de pétrole. Mais si on économise 100 grammes de protéines de viande, on économise en fait plus de 500 grammes de protéines végétales équivalentes. On a, gratuitement, un effet de levier de multiplicateur cinq. Sans même devenir végétarien, la réduction, même minime (1 jour sur 7 par exemple sans produits animaux) de notre consommation de produits d’origine animale, aurait donc un impact positif très fortement démultiplié. C’est une motivation supplémentaire pour réduire d’urgence notre consommation de produits d’origine animale. L’efficacité est certaine. Et quand un mangeur de viande « à la française » devient végétarien, il libère de la nourriture pour alimenter environ cinq personnes affamées dans le monde. C’est magique !

Bernard ANDRE

 

---

 

CONTE DE NOËL

http://lechristianismeetlesanimaux.blogs.lalibre.be/archi...

 

---

 

POUR UN NOËL DE MISERICORDE

http://lechristianismeetlesanimaux.blogs.lalibre.be/archi...

 

---

 

ANDREW LINZEY, " THEOLOGIE ANIMALE"

http://lechristianismeetlesanimaux.blogs.lalibre.be/archi...

 

 

Les commentaires sont fermés.