Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/01/2013

SAINT PAUL L'ERMITE ET LES DEUX LIONS

Au III siècle, naquit à Thèbes, de parents riches, celui qui allait être connu sous le nom de "premier ermite", Saint Paul. C'est à 22 ans que pour fuir une persécution, il s'enfonce dans le désert. Après une longue marche, il découvre une profonde caverne. Un palmier en ombrage l'entrée, une source à l'intérieur. Les lions qui fréquentent la caverne lui font bon accueil.

Un jour, Paul entend quelqu'un lui parler du dehors. C'est Saint Antoine qui arrive à pied de son monastère situé à plusieurs jours de marche. Les deux saints se mettent à converser ensemble et à louer Dieu. Ils passent la nuit en prière et le lendemain  Paul apprend à son visiteur que l'heure de sa mort est proche.

"Dieu m'a révélé que vous conservez dans votre cellule le manteau que vous a donné l'évêque Athanase. Allez le chercher je vous prie, et revenez bien vite pour m'ensevelir dans ce manteau car c'est la volonté de Dieu", déclare Paul à Antoine.

Antoine obéit et s'éloigne dans le désert. La route est longue. De retour, il trouve Paul agenouillé, les bras levés vers le ciel. Le saint homme est mort dans l'attitude de la prière.

Antoine enveloppe le corps dans le manteau d'Athanase et se lamente. Le sol et dur, c'est un reg pierreux et non du sable. Et pas le moindre outil pour creuser un tombeau! Le saint moine se met à supplier Dieu avec ferveur. Et voici qu'il voit accourir vers lui deux énormes lions, crinières au vent. Il prend peur. Mais, confiant en Dieu, il se rassure vite. Les deux fauves le regardent avec douceur, s'approchent du corps, le lèchent en poussent des rugissements douloureux et se mettent à creuser le sol avec ardeur.

Lorsque la fosse est assez profonde pour contenir le corps, les deux lions viennent se coucher devant Antoine et le regardent d'un air suppliant. Le bon saint comprend leur désir. Il sait, selon le récit de la GENÈSE, que Dieu a béni les animaux de la Création.

Alors, il caresse avec bonté les deux travailleurs et s'écrie:

"Seigneur, veuillez récompenser ces deux lions et leur donner ce qui leur est  nécessaire."

Puis, il les bénit. Aussitôt, les deux lions se relèvent, remercient le saint d'un coup de lange râpeuse et s'éloignent avec célérité.

Antoine descend le précieux corps dans la fosse. Il le recouvre avec soin, passe une nuit en prière près de la tombe et regagne son monastère. Durant sa longue marche qui dure plusieurs jours, il ne cesse de louer Dieu et d'admirer ses merveuilles.

Ceci se passait en l'an 341 et nous enseigne que les animaux n'ont pas une nature féroce. Ils tuent pour manger, se défendre ou défendre leurs petits. La bonté d'un saint les soumet et ils retrouvent alors l'innocence de l'Eden où regnait l'harmonie avant le péché originel.

Mauricette Vial-Andru

 

NDLR: Cette légende a été publiée dans BETES ET GENS DEVANT DIEU (No 169, 1er trimestre 2011), bulletin de l'association catholique pour le respect de la création animale NOTRE-DAME DE TOUTE PITIE, c/o Mme Elisabeth Depré, Résidence "Les Jardins de la Côte Fleurie", route de Dives, 14640 Villers sur Mer, France  Tél.: 00 33 (0)2 31888105 - Courriel: depre.elisabeth@wanadoo.fr - Site Internet: www.nd-toute-pitie.fr . Elle est reproduite ici avec l'autorisation de M. Jean Gaillard, président de l'association et directeur de la publication.

 

Les commentaires sont fermés.